Bienvenue sur
USEM
Anecdotes du 17 novembre

.. Patientez ..

logo USEM
sport enfant
foot loisircompetition foot
Retour
Suite à l'article de la semaine dernière concernant nos féminines et leur judicieuse idée de cacher la clé de leur casier dans une coupe bien difficile d'accès pour elles, ces dernières ont demandé réparation, sans passer par le S.A.V.
Elles ont exigé que le président leur mettent à disposition un placard équipé de chaînes et cadenas.
Comment refuser cette faveur à la dernière équipe invaincue de l'USEM ?
Des joueuses tellement impliquées que, même lors du casse croûte d'après match, elles n'hésitent pas à travailler leur jeu de tête (voir photo).

Si nos féminines sont les dernières invaincues de l'USEM, c'est que notre équipe II a perdu à Renaison.
Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette défaite.
En premier, l'heure inhabituel du coup d'envoi (12h30) qui a modifié toute la préparation.
L'heure de convocation au stade était fixée à 10h.
Obligeant donc une bonne partie de l'effectif à régler la sonnerie de leur réveil pour ne pas rater ce rdv du dimanche matin qui, pour certain, représentait un lever à l'aube.
Les joueurs se chargeait, aussi, de se répartir les courses afin de prendre le petit déjeuner en commun avant le départ.
L'occasion d'observer les différences de nutrition suivant les générations et les traditions. Un vrai panel de produits vitaminés ... faibles en calories et riches en protéines se retrouvait étalé sur le bar :
Pain, viennoiseries, charcuterie, rillettes, fromages, yaourts, bananes, compotes.
Coté boisson : café, lait, Yop, vin rouge, vin blanc, bière + divers breuvages d'origine artisanale donc incertaine mais en attente d'homologation par l'AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage).
Un spectacle déroutant pour les habitués du club qui ont eu le privilège de voir nos joueurs dans leur posture préférées, derrière le bar, mais un pot de yaourt à la main à la place des habituels verres de whisky.
Difficile de mesurer l'impact de ce déjeuner dans la défaite qui a suivi, mais on remarquera que François, performant et égal à lui même au poste de juge de touche, n'avait pas consommé de yaourt avant de partir !!

Lundi, la commission coinche s'est réunie au complet pour un petit resto destiné à resserrer les liens et faciliter l'intégration des petits nouveaux, souvent impressionnés par le talent des anciens.
Bien entendu, l'après midi, toute la troupe s'est retrouvé salle Montplaisir pour un tournoi de coinche niveau international avec 4 équipes prêtes à en découdre.
Jean Pierre, le plus expérimenté des joueurs, formé à la dure école de coinche de Couzan (qui a formé le célèbre Jacquet), souhaitait que ses parties se disputent avec des jeux de cartes neuves. Un petit caprice que personne n'osa commenter mais qui l'obligeait à fournir un jeu neuf.
Pas de problème pour lui. Il avait trié personnellement un jeu de 54 cartes pour en extraire les 32 nécessaires et avait ressorti sa légendaire boite de pions des années trente qui ferait pâlir tous les brocanteurs des environs.
A14h sonnantes, le tournoi pouvait débuter et à 14h03, Horacio poussait un cri d'effroi :
Il venait de découvrir dans son jeu, un 3 de coeur.
Consternation, palabres, discussion, l'absence de ce cas d'école dans les règlements obligeait Viala, spécialiste des litiges à annuler la mène et à ressortir un vieux jeu de carte déclassés.
Il était décidé, à l'unanimité, de ne pas prendre de sanction contre Jean Pierre pour cette étourderie, eu égard à ses états de service irréprochable mais, s'il avait réalisé cet exploit un peu plus tôt, nul doute qu'un trophée lui aurait été remis à la fin du repas de midi.
 
Enfin, le grand évènement du weekend, avait lieu lundi soir.
Les grands débuts d'Emeric comme gardien de but des plus de 40 ans. 
Equipement de gardien et chaussures flambant neufs.
Régime alimentaire depuis une semaine et Perrier citron depuis trois jours.
Il avait mis tous les atouts de son coté.
Tout le gratin était présent au coup d'envoi : 
Le président de l'USEM
Bruno SIAS du District de La Loire
Quelques recruteurs des clubs alentours prétextant d'amener leurs enfants au centre de perfectionnement, afin de pouvoir l'observer.
Le président de Bonson tentant même de passer incognito en s'alignant dans l'équipe adverse de nos anciens.
Magic représentant le staff senior au cas ou il y aurait un manque de gardien.
Marine, première au challenge des gants d'or et subitement inquiète de l'arrivée d'un éventuel postulant.
Horacio, inquiet de voir l'un de ses partenaires de coinche se fouler un doigt et ne plus pouvoir tenir les cartes.
Nos anciens ont gagné et qu'importe le résultat, la prestation d'Emeric aura été impeccable. 
Quelques arrêts de classe et une relance « à la louche » très impressionnante.
Mais mettons tout de suite les choses au point : Emeric est INTRANSFERABLE, aucune lettre de sortie ne lui sera accordée.
Qu'on se le dise.